Ce Pétain-là, un héros de la Seconde Guerre mondiale !

Portraits du Calaisien Raymond Pétain et du Maréchal Pétain

Ils ont porté le même nom, Pétain. Ont été tous deux militaires de carrière. Et ont chacun laissé une trace dans la mémoire collective, mais pour des raisons tout à fait opposées. L’un, Philippe Pétain, a été la figure de proue de la collaboration avec l’Allemagne nazie. L’autre, l’aviateur calaisien Raymond Pétain, est mort pour la France en mission, en 1943. Il a été fait Compagnon de la Libération, ordre créé par le général De Gaulle, à titre posthume.

Raymond Pétain est né à Calais le 7 février 1917. Soit deux semaines avant que son illustre homonyme soit nommé à la tête de la défense de Verdun. Et on imagine que c’est en référence à ce Pétain-là, héros de la Grande Guerre, que les camarades de Raymond le surnommaient « Le Maréchal »…

Photo noir et blanc de l'aviateur calaisien Raymond Pétain

L’aviateur Raymond Pétain a été un héros de la dernière Guerre mondiale. © www.ordredelalibération.fr

Mitrailleur dans une escadrille

Raymond Pétain s’engage dans l’armée de l’air à 18 ans, et décroche un brevet supérieur de mécanicien avion. Après la défaite française de 1940, il rejoint les Forces aériennes françaises libres (FAFL) en Angleterre. Le jeune homme sert comme mitrailleur dans une escadrille de bombardement. Il participe à 75 missions de guerre, dont plusieurs en Afrique. Raymond Pétain s’illustre souvent par la précision de ses tirs.

Tué en mission en 1943

C’est comme navigateur, sorte de copilote, que le sous-lieutenant Pétain trouve la mort le 3 juillet 1943, à 26 ans. Son bombardier devait détruire, en rase-mottes, une usine électrique au nord de Gand, en Belgique. Touché par la DCA allemande, l’avion s’écrase et les trois membres de l’équipage sont tués.

Bombardier de type Douglas en vol durant la Seconde Guerre mondiale

L’aviateur calaisien Raymond Pétain est mort en mission dans un bombardier de ce type en juillet 1943, en Belgique.

La dépouille de Raymond Pétain, d’abord inhumée à Gand, sera rendue à sa famille en 1949 et enterrée à Calais. Sa mère, veuve d’un chargeur des postes à la gare maritime, résidait 5 Grande-Rue du Petit Courgain.

Savez-vous où se trouve le caveau de la famille Pétain à Calais ? Connaissez-vous cette famille ? Toutes les infos sont bienvenues !

 

Étiquettes:

8 commentaires sur “Ce Pétain-là, un héros de la Seconde Guerre mondiale !”

  1. Bonjour
    Le caveau se trouve au cimetiere sud de calais. La tombe est entretenue depuis une vingtaine d annee par le Souvenir Francais. M Wahe avait fait apposerbun macaron. Il y est d ailleurs indiqué « compagnon de la libération « 

  2. Ce pétain-là mérite bien une impasse à son nom; à condition de faire œuvre de pédagogie pour ne pas l’amalgamer avec l’autre!

  3. Merci Nicolas pour ce récit ! J’ignorais qu’un héros de l’ombre portait le même nom que le maréchal. Article très instructif. Je reste attentif à tes prochaines publications qui j’en suis sûr vont encore me surprendre.
    A bientôt !

    Karim

    1. Merci à toi, Karim, pour ce très gentil retour ! Comme journaliste, on est toujours très content d’entendre un lecteur dire : « J’ai appris des choses en vous lisant ». C’est la plus belle des récompenses ! À bientôt Karim ! Nicolas.

  4. Etant passionné d’histoire, je vous remercie pour cette pétillante information qui m’était inconnue. Elle permet non seulement d’accroître ma culture historienne mais en plus ma culture générale. J’en connais maintenant plus sur ma ville grâce à cet article et à tous les autres. C’est le cas de le dire, Calais m’étonne!

    1. Merci beaucoup pour ce très gentil retour, Raphaël ! Je suis ravi de contribuer à élargir votre culture historienne ! Ravi aussi de voir que Calais m’étonne vous… étonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.